1/4

L'EMPIRE LIQUIDE

Proposition à L’Université du Luxembourg

University of Luxembourg, Schengen, Luxembourg, 2017

Can Onaner

PDF

L’EMPIRE LIQUIDE

L’Europe des marges

Notre démarche, à la marge de l’utopie et de la dystopie, se propose d’imaginer un futur possible dans le contexte d’une migration internationale généralisée et de la crise des réfugiés qui en résulte.
En s’attardant sur le statut à la fois physique et symbolique des frontières, nous faisons la narration d’une nouvelle organisation possible du sol européen : une Europe redessinée par les ux de migration des personnes marginalisées. Le point de départ de cette narration est le paradoxe d’une mobilité immobilisée : l’espace tampon.

 

Dans le contexte de crispation des pays européens face à la migration des réfugiés, les espaces tampons sont les zones où sont relégués les personnes qualifiées comme indésirables par les nations. La « Jungle » de Calais est l’exemple le plus flagrant d’une population tenue aux marges d’une frontière devenue zone tampon entre deux états. La frontière n’est plus simplement une ligne juridique, ni même un mur infranchissable, mais un espace à part entière, autonome, suspendu entre deux mondes, dont le statut juridique même devient instable.

 

Un autre exemple de zone tampon est celle que la Turquie voudrait établir entre elle et la Syrie, sur le sol de cette dernière, a n de loger une partie des trois millions de réfugiés qui sont sur son territoire. Si les Etats Unis n’approuvent pas ce projet, les multiples camps formels et informels sur la frontière entre les deux pays constituent de fait une zone tampon. A une autre échelle, nous pourrions dire que l’ensemble du territoire turc est aujourd’hui utilisé par les états Européens comme une zone tampon gigantesque pour contenir les réfugiés qu’ils ne désirent pas voir sur leurs places publiques.

 

Si ces zones tampons périphériques, marginalisées sur le plan spatial aussi bien que social et politique, augmentent d’années en années et que l’on arrive à considérer un pays entier comme une zone tampon, c’est que l’on accepte que le territoire mondial puisse être divisé entre espaces de valeur et espaces sans valeur. Si de manière générale l’Europe et l’Occident espèrent pouvoir les rejeter à l’extérieur de leurs territoires, il semble tout de même plausible, étant donné l’absence d’une politique commune, que ces espaces tampons vont nir par se creuser au sein du continent, entre les États Nations qui sont de plus en plus crispées. Une fois qu’Erdogan aura renforcé son accord avec Poutine et trahi l’accord européen, les frontières intra-européennes s’épaissiront pour engendrer des espaces tampons périphériques où seront rejetés les réfugiés af uant par millions.

 

Face à l’aveu d’échec et d’incapacité des instances publiques européennes, c’est la société civile qui sera alors amenée à se porter garante des droits humains dont l’Etat se déresponsabilise. C’est dans ce contexte que se mettra en place une tentative de convergence des luttes entre les réfugiés et les dissidents locaux. Les luttes sociales internes aux sociétés occidentales – lutte anticapitaliste pour une meilleure distribution des richesses, revendication d’une meilleure gouvernance de l’espace public urbain, critique de la démocratie représentative bourgeoise et lutte pour une démocratie directe, etc. – trouveront leurs corollaires dans la lutte des réfugiés pour une nouvelle et meilleure existence. La convergence des besoins propres aux réfugiés et les revendications sociétales des mouvements civiques locaux se renforceront réciproquement sur le plan symbolique : l’arrivée des réfugiés dans les espaces occupés par les mouvements de révolte urbaine et le déplacements des dissidents vers les zones périphériques des nations européennes renforcera la position sociale des deux acteurs.

 

Si cette convergence est considérée aujourd’hui comme dangereuse, c’est qu’elle remet en cause l’ordre moral des pays européens en superposant les différents niveaux de la crise actuelle. C’est l’idée même d’intégration qui pourrait alors être questionnée et dépassée : ce seront dorénavant autant les dissidents locaux qui rejoindront les réfugiés dans leurs périphéries pour occuper les espaces tampons, que les nouveaux arrivants qui participeront de la quête des dissidents. Il y aurait moins un monde ancien dans lequel s’assimiler qu’un nouveau monde à créer en commun à partir des périphéries.

 

Aidées par la dynamique de convergence, les espaces tampons qui se situent aux frontières intra-européennes finiront par communiquer entre eux, de manière à engendrer une épaisseur continue : un réseau complexe et dense qui se déplace sur la totalité du continent européen tout en étant reliée à l’Afrique et au Moyen Orient.

 

Ce réseau réunissant les réfugiés, les dissidents européens et les migrants venus des différents coins du monde constituera un organisme autonome en constante transformation, tout en laissant des traces sur les territoires traversés. Le sol européen sera modifié par cet empire liquide qui selon l’endroit, divise les nations existantes ou au contraire recrée de plus grandes entités supranationales.

 

Progressivement, ce qui apparaissait comme une marge, une périphérie, deviendra central. La marge sera la norme qui transformera les états européens vieillissants devenus des iles flottantes au milieu d’un océan de réfugiés, de dissidents et de migrants repoussant les frontières de leurs espaces par leur vitalité. Les états-îles ne seront que des reliques d’une histoire, des « maisons de repos » pour personnes fatiguées, des villages thématiques, envahies épisodiquement par le nouvel empire liquide.