Hotel de l'immobilisation Can Onaner
Hotel de l'immobilisation Can Onaner

press to zoom
Hotel de l'immobilisation Can Onaner
Hotel de l'immobilisation Can Onaner

press to zoom
Hotel de l'immobilisation Can Onaner
Hotel de l'immobilisation Can Onaner

press to zoom
Hotel de l'immobilisation Can Onaner
Hotel de l'immobilisation Can Onaner

press to zoom
1/9

L'HOTEL AU MANEGE

2002/Projet d'hôtel et manège

 

Can Onaner

Localisation Bordure de

périphérique, Pantin, France

Projet 2002

Notre intention principale est d’opérer une immobilisation des dynamiques de la vie quotidienne afin d’ouvrir une parenthèse fantasmatique à partir d’un temps réel et d’un espace concret.

 

La réalité actuelle que nous voulons suspendre dans le fantasme est autant la mobilité physique et discursive que culturelle. Nous entendons par ceux-ci une communication généralisée qui se fait par le mouvement ; un mouvement totalisant et oppressant dont la finalité est toujours la production de valeurs économiques. J.F. Lyotard décrit l’état productif du mouvement dans Dispositifs pulsionnels en évoquant le cinéma : « tout mouvement proposé renvoie à autre chose, s’inscrit en plus ou moins sur le livre de compte qu’est le film, vaut parce qu’il revient à autre chose, parce qu’il est donc du revenu potentiel, et du rentable. Le seul véritable mouvement avec lequel s’écrit le cinéma est ainsi celui de la valeur».

 

Nous entendons notre projet comme un simulacre de scénario où les différents mouvements interférents seront isolés pour être figés dans un univers artificiel. Ces mouvements, le flux automobile, le trafic ferroviaire, le bruit et le brassage culturel, seront confrontés à un univers onirique où le temps est suspendu : l’image désuète d’un cheval au galop, suspendu dans l’air, viendra interférer l’accélération des automobiles : un manège face au périphérique.