Architecture de la foule - Foule et Magie

Studio de projet des Master 1 & 2 - ENSAB Rennes - 2021/2022
Revenir aux enseignements

Cryptorama

Projet de Sami Sahli, Solène Corruble et Jessica Hewitt

L'ARCHITECTURE DE LA FOULE

Foule & Magie - 2021/2022

Studio de projet - ENSAB Rennes

Master 1/2

Encadrants responsables

Can Onaner avec Mathilde Sari

Valerian Amalricet Henri Bony

Labo photo : Emmanuel Groussard

Cryptorama

Sami Sahli, Solène Corruble et Jessica Hewitt

Cryptorama est un travail sur la grille et le masque. La grille en tant que dispositif rationnel organisant usagers comme architecture, plein comme vide. Et le masque qui voile et dévoile ces espaces, crée le faux-semblant. Ensemble, ils donnent à voir des contenus pour en dissimuler d’autres. Au fur et à mesure que la grille se resserre, passant de l’échelle urbaine à celle de l’immeuble de bureau, de la masse habitante à la foule de données, l’objectif du projet se dévoile au rythme des masques qui tombent. Ainsi à l’instar de la grille, nous venons créer une mise en abîme des différents dispositifs de contrôle présents de nos jours. L’immeuble de bureaux, objet urbain devenu commun dans nos villes, devient le mécanisme dissimulé d’une magie technique, le masque ordinaire d’une magie illusionniste.

L’entreprise fait de la Courrouze un cas d’étude temporaire et y installe un système de contrôle. L’arpentage régulier des salariés forme un circuit de surveillance dans la Courrouze et plus particulièrement dans le fragment de ville que l’entreprise réalise autour de ses bureaux. Résultats d’enquête, entretien, vidéo d’analyse et sondages auprès des habitants sont ainsi stockés dans un espace de l’entreprise, laissés à disposition des salariés qui en font usage afin d’établir une étude pertinente et complète du quartier.

Toutefois à Cryptorama, la magie, essentiellement technique, dissimule la foule non-humaine tout en dirigeant la masse humaine. Derrière le masque de l’étude sociologique se dissimule un réseau de données parallèles, accumulant des informations privées violant l’intimité. Salariés, habitants, travailleurs, tous sont exposés à la menace et au contrôle latent de l’entreprise. Un contrôle fait de dispositifs visuels de surveillance est mis en place dans l’intégralité du fragment de ville, de l’espace de bureau au moindre recoin du domicile, transformant la masse humaine convaincue d’habiter ou d’étudier la Courrouze en une foule de données.

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/16